Moteurs & solutions pneumatiques

Choisir un sujet

Comment marche un moteur pneumatique ?

Marie-Charlotte Messier
by Marie-Charlotte Messier on 1 avr. 2019 16:59:13

 

Grâce à leurs flexibilité et adaptabilité, les moteurs peuvent être utilisés dans divers contextes et applications. Dans cet autre article, nous expliquons comment choisir le bon moteur pneumatique en trois étapes faciles. C’est crucial car la productivité en dépend. Dans cet article, nous vous donnerons les clés pour comprendre les basiques du moteur fonctionnant à l'air comprimé.

On peut dissocier deux parties dans un moteur pneumatique:

  • - La partie pneumatique qui permet au moteur de fonctionner grâce à la détente de l’air comprimé.

  • - La partie réduction qui permet d’ajuster la vitesse et le couple en fonction de l’application demandée.


Capture_decran_2016-04-18_a_12.31.50-5-2

#1 La partie pneumatique

La partie pneumatique est composée d’un stator qui contient un rotor fermé à ses deux extrémités par deux flasques.

L’espace existant entre ces deux parties est en forme de croissant et le rotor est doté d’encoches dans lesquelles évoluent des palettes.

Lorsque le rotor tourne et  grâce à la force centrifuge, les palettes restent en contact avec la surface interne du stator ce qui segmente l’espace en chambres contenant chacune un volume d’air différent.

De l’air sous pression de 4 à 6 bars est injecté dans le moteur à l’intérieur de la chambre de compression. Chaque mur de cette chambre sera ainsi sujet à une force proportionnelle à sa surface.

Fonctionnement:

Le rotor tourne grâce à différentes forces qui agissent sur les bords des différentes surfaces déterminées par la vanne.  Le volume présent dans la chambre de compression augmente, ce qui résulte en la détente de l’air présent. Ce processus continue et permet une rotation constante du rotor.

C’est cette succession de mises sous pression qui entraîne le fonctionnement du moteur.

Moteur réversible:

Afin d’amener le rotor à tourner dans l’autre direction il suffit de changer le point d'entrée de l’air.

LE GUIDE DU MOTEUR PNEUMATIQUE

#2 Le réducteur

Le rotor tourne à une vitesse d’environ 10 à 20.000 révolutions par minute (rpm) s’il est soumis à une pression de 6 bars. Le rôle du réducteur est d’adapter cette vitesse et le couple aux besoins de l’application. Le choix du réducteur dépendra donc de l’application finale du moteur.

Choisir le réducteur en fonction de l’utilisation finale

Chaque moteur est unique car le résultat final dépend de la combinaison des pignons. Cela donne naissance à une possibilité infinie de vitesses et de couples.

Il est également possible d’installer plusieurs étages de réduction, de 1 à 5 selon les gammes de moteurs pneumatiques.

Un moteur à air comprimé est totalement flexible

La relation entre la vitesse et le couple est très importante et facile à comprendre. Lorsqu’il n’y a pas de charge, le couple est à 0 et la vitesse est par conséquent à son maximum. Plus la charge augmente, plus le couple augmente et donc la vitesse baisse.

Lorsque la charge dépasse le couple maximum du moteur celui-ci « cale » : on appelle ce couple maximal le “couple de calage”.  

Les moteurs pneumatiques peuvent donc être calibrés avec différents réglages (couple/vitesse) dans beaucoup d’applications.

L’expérience de nos clients nous a appris que la plupart des applications ont besoin d’une vitesse basse couplée à un fort couple. Cependant, ici, à Modec, nous sommes capables de réaliser toutes les combinaisons.  

En plus des fonctionnalités presque infinies en termes de paramétrages, les moteurs pneumatiques s’adaptent à tous les environnements de travail avec des moteurs droits ou à renvois d’angle et également des options de commande à distance.

Si vous voulez en savoir plus sur les moteurs pneumatiques, n’hésitez pas à télécharger notre guide des moteurs pneumatiques gratuitement ou demandez une consultation gratuite pour nous expliquer votre projet

télé

spacer

Nos derniers blogs :

Laissez un commentaire

Etudes de cas : 4 applications de moteurs pneumatiques

LIRE UNE ETUDE DE CAS

Abonnement au blog